AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nos Écoles...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Rêveuse.
Nouvelle petite gueule


Féminin Nombre de messages : 6
Age : 27
Localisation : North Bay
Intérêts généraux : Musique
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Nos Écoles...   Sam 3 Mar - 1:36

Je ne sais pas si c'est comme ça partout mais dans ma région (North Bay), on est dans des écoles françaises pis tout le monde se parle en anglais... À part les plus jeunes de maternelle à comme... 4e année. Mes ami(e)s sont comme ça pis quand que je leur parle en français, ils font accroîre qu'ils ne comprennent à rien parce que le français c'est "Pas cool". Je trouve ça vraiment triste de voir du monde qui sont capable de parler le français, dans une école française, se parler en anglais. Est ce que c'est votre cas aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swiffer
Administagueule


Masculin Nombre de messages : 2190
Age : 26
Localisation : Sudbury
Intérêts généraux : tout pis rien
Date d'inscription : 11/01/2005

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Sam 3 Mar - 18:54

wow cool , tu viens jsute de réaliser ça?

_________________
felix qui potest rerum cognosceres causas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~SuPeR MeLo~
Bouche moyenne


Féminin Nombre de messages : 77
Age : 26
Localisation : Kap
Intérêts généraux : Ami(es), Théatre, Impro, G.E
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Sam 3 Mar - 22:46

Personellement à Kap ce n'est pas un problème pour nous. Appart de comme un petit groupe de 5 personnes qui parle toujours anglais toute les autres parle français. Cependant, jai réalisé que c'était un gros problème pour plusieurs écoles. C'est rendue au point que tu te sens dans une école anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Dim 4 Mar - 3:51

swiffer a écrit:
wow cool , tu viens jsute de réaliser ça?
Je crois que c'est un problème, et je crois aussi que tu viens de perde une excellente occasion de te taire, swiffer. Si la seule chose que tu peux apporter à cela est du sarcasme de mauvaise foi, c'est mieux que tu le gardes pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Dim 4 Mar - 4:02

L'école secondaire était un endroit où parler sa langue maternelle était tout une épreuve. Moi je me faisais ridiculiser par des jeunes, je me rappelle une fois, quand j'ai décidé de dire "co-équipier" au lieu de teammate. Je me rapelle aussi qu'éventuellement, à force de parler français avec les gens, la langue parlée dans ma classe (petite, je sais) était le français.

J'ai aussi constaté que les jeunes consomment presque uniquement des médias anglophones et, conséquemment, n'ont pas la chance d'entendre le français autant qu'on le souhaiterais. Si les gens n'auraient pas cette attitude que 'Puisque c'est français, c'est sur un petit budget et c'est ennuyant' et si la programmation existante aurait une qualité supérieure, peut-être que cette tendance changerait.

Il reste néanmoins que j'ai entendu parlé de ce cas de North-Bay dans mon séminaire d'histoire. Ce n'était pas le cas dans le corridore du Nord, mais c'est toujours un problème. C'est aux jeunes de se décider. Il n'y a rien à faire s'ils souhaitent vivre en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
gaulois
Gueule bavarde


Nombre de messages : 472
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 0:41

Se pourrait-il que ce qui est arrivé dans l'Ouest canadien est en train d'arriver en Ontario (et au Nouveau-Brunswick)? Ca me semble passablement inquiétant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecanardreincarne.freesoul.ca
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 2:54

Et on chante les louanges du bilinguisme.

Enwèye les boys c'est fort fort fort!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
mivanc
Placote avancée


Masculin Nombre de messages : 656
Age : 35
Localisation : Ottawa, de souche nordique
Intérêts généraux : Jeux d'ordinateurs ... dats it ...
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 12:57

Rêveuse. a écrit:
Je ne sais pas si c'est comme ça partout mais dans ma région (North Bay), on est dans des écoles françaises pis tout le monde se parle en anglais... À part les plus jeunes de maternelle à comme... 4e année. Mes ami(e)s sont comme ça pis quand que je leur parle en français, ils font accroîre qu'ils ne comprennent à rien parce que le français c'est "Pas cool". Je trouve ça vraiment triste de voir du monde qui sont capable de parler le français, dans une école française, se parler en anglais. Est ce que c'est votre cas aussi?

Je me souviens quand j'était à l'école secondaire à la Cité des Jeunes à Kap de 1995-2000, le français était beaucoup de mise. Comme Super Melo à dit, la plupart des jeunes parlaient en français. Dans le temps, je faisait partie du maintenant défunt club d'audio-visuel et notre mandat de jouer de la musique dans le cafétéria le midi était de jouer 3 chansons en français pour 1 chanson en anglais, pour encourager le français. Les demandes spéciales en anglais étaient populaires mais il y en avait en francais aussi.

Lors d'un tournoi de soccer Franco en juin 2000, nous avons jouer contre 5-6 équipes qui venaient apparament d'école secondaires. On parle de New Liskeard, Timmins, Ottawa, etc. La plupart des gars des autres équipes parlaient toujours en anglais entre-eux. Plusieurs de mes co-équipiers l'ont aussi remarquer. La seule équipe qui parlait francais entre eux-même était de l'école Samuel-genest à Ottawa. (que j'ai remarquer) So much pour un tournoi franco. Donc oui, c'est évidement un problème. Savoir si se problème va partir, c'est difficile à dire. Faut croire que l'influence américaine est plus attrayante que la francophonie.

En famille avec ma soeur et mes cousins, la conversation tourne souvent vers l'anglais. je tiens au français donc j'essaye toujours de le réintégrer dans la conversation. Desfois ca marche, desfois pas. Un peu comme ta situation.

Tout ça mis de côté, Rêveuse., je t'encourage à défendre ta langue si tu y tient beaucoup. Continue de parler en francais. Tes amies peuvent ben t'ignorer quand tu parle français, ça c'est leur problème, pas le tient. Tu as toujours le choix de trouver un autre groupe de monde qui tient plus au français, si ça te tient assez au coeur.

Pis pour ton choix de poursuivre des études post-secondaires, la Cité collégiale est un excellent mileu francophone, basé sur mon expérience de deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 13:02

Citation :
Faut croire que l'influence américaine est plus attrayante que la francophonie.
Ou plutôt est-elle plus présente...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
gaulois
Gueule bavarde


Nombre de messages : 472
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 15:14

Ce qui s'est passé dans l'Ouest et même au NB (si je comprends correctement), c'est que ceux qui tenaient mordicus au français (et qui ne travaillaient pas sous la bulle) se sont retrouvés au Québec. Ca rend bien sûr la situation encre plus difficile pour ceux qui restent et qui ne travaillent pas sous la bulle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecanardreincarne.freesoul.ca
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 18:48

SM a écrit:
L'école secondaire était un endroit où parler sa langue maternelle était tout une épreuve. Moi je me faisais ridiculiser par des jeunes, je me rappelle une fois, quand j'ai décidé de dire "co-équipier" au lieu de teammate. Je me rapelle aussi qu'éventuellement, à force de parler français avec les gens, la langue parlée dans ma classe (petite, je sais) était le français. .

Et je me souviens d'une fois ou j'ai dit " bifteck " et tu m'as ridiculisé de ne pas avoir dit "steak" Branche
Revenir en haut Aller en bas
waffledoodle
Nouvelle petite gueule


Féminin Nombre de messages : 25
Age : 29
Localisation : Oakville
Intérêts généraux : animation
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 21:04

C'était pas vraiment un problème à mon école secondaire, au Nouveau-Brunswick. Malgré que la province est comme divisée... J'm'explique. Au Nord, la plupart des francophones n'ont pas ce genre de problèmes (même que la plupart que je connais ont de la difficulté à parler en anglais). Par contre, les étudiants que je connais du Sud de la province (région de Moncton), l'anglais n'est pas un problème du tout, et le monde parle habituellement moitié français, moitié anglais. Mais Nord ou Sud, j'ai jamais été dans leurs écoles, alors j'sais pas vraiment comment ça se passe...

Moi, j'ai grandi exactement entre les deux régions (sur la côte Est). À l'école, surtout dans les cours de français, on était encouragés de parler un français correct, mais on parlait chiac la plupart du temps, à l'école, ou entre nous. Les seuls qui parlaient en anglais à l'école, c'était habituellement des élèves qui avaient un parent angolphone, mais c'était juste de temps en temps - et pi si un enseignant attrappait quelqu'un à parler anglais en classe ou dans les corridors, ils rappelaient toujours "on est une école francophone, parlez français!".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blurazz.wordpress.com/
~SuPeR MeLo~
Bouche moyenne


Féminin Nombre de messages : 77
Age : 26
Localisation : Kap
Intérêts généraux : Ami(es), Théatre, Impro, G.E
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Lun 5 Mar - 22:53

Nous autre aussi si qu'on se fait attraper à parler anglais y'a des profs qui nous disent: "On est une école française, va à KDHS si tu veut parler anglais".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Baeta
Gueule bavarde


Masculin Nombre de messages : 465
Age : 37
Localisation : East York
Intérêts généraux : à la recherche de choses perdues
Date d'inscription : 17/01/2005

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Mar 6 Mar - 10:46

Je me case dans le même cran que Mivanc. J'ai étudié dans le Sud à Hamilton de 1994-1999 et tout le monde se parlait en anglais dans les corridors et même en classe. Les gens qui se parlaient en français entre eux c'était seulement ce qui parlaient en français à la maison.

Ça ne veux pas dire que le reste du monde ne savaient pas comment parler français, c'était juste plus simple et cool de se parler en anglais. Probablement parce que l'anglais les entours partout de le reste de leur vie

Il me semble que la situation que Super Melo décrit c'est la même histoire/problème qui existe depuis des décennies en Ontario (et probablement dans l'ouest canadien). La mère de mon ex avait étudié à la même école que moi dans les années 1970 et elle disait que c'était pareil. Ça veux pas dire que c'est correct, mais néanmoins....

Je pense qu'une des causes de ce syndrome c'est ce que j'appelle "l'hyper-militarisme-go-go-franco" -- c'est à dire: PARLER FRANCAIS TOUT LE TEMPS or else. UN peu comme ce que décrivent Waffledoodle et Super Melo. Le genre de chose qu'on drill dans la tête des étudiants en penssant que ça va règler le problème... J'aime mieux voire quelqu'un essayer de parler francais et qui glisse quelque mots en anglais quand ça lui échappe que de voir un francophone renier sa langue... Am I wrong...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.baeta.ca
gaulois
Gueule bavarde


Nombre de messages : 472
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Mar 6 Mar - 14:42

Ca serait vraiment utile de comprendre les "protocoles" de communication dans les Etats d'Europe multilingues. Venant du milieu des "télécomms", l'analogie me semble pertinente. M'semble que ces protocoles n'ont à peu près aucunement évolué en 40 ans de langues officielles. Pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecanardreincarne.freesoul.ca
Acajack
Nouvelle petite gueule


Nombre de messages : 10
Localisation : Gatineau, 2e plus grosse ville franco-ontarienne
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Jeu 7 Juin - 16:42

La langue de la rue sera toujours, à quelques exceptions près, la langue des couloirs et de la cour d’école.

C’est pour ça qu’il n’y a vraiment que les endroits où les francophones sont majoritaires (de beaucoup) où les jeunes vont parler spontanément français entre eux. Présentement, ces endroits sont Hawkesbury, Casselman, Hearst, Embrun, Plantagenet, etc. Peut-être Rockland aussi, mais je ne sais pas combien longtemps encore ils vont « toffer ».

Quand j’étais jeune, dans pas mal toutes les écoles du nord-est d’Ottawa-Carleton (Orléans, Vanier, Overbrook, Cyrville), ça parlait essentiellement français aussi. Mais de nos jours, c’est surtout l’anglais qu’on entend dans les écoles, même d’Orléans.

J’ai dans ma famille quelqu’un qui a enseigné à l’école St-Hugues de Sarsfield avant qu’elle ferme il y a quelques années et elle disait que cette école était la toute dernière dans les limites de la ville d’Ottawa (oui – Sarsfield est dans Ottawa) où quasiment tous les jeunes parlaient encore naturellement français entre eux.

Je me souviens aussi de mon adolescence alors que nous de l’est d’Ottawa regardions de haut les jeunes de l’ouest de la ville (surtout de l’école secondaire Champlain, qui était sur la rue Lanark en face de Radio-Canada). Ça nous scandalisait qu’ils parlaient tous anglais entre eux. Et que dire de leurs accents!

Aujourd’hui, quand j’entends les jeunes d’Orléans, ils ont essentiellement le même accent que les jeunes de Champlain avaient à l’époque.

La différence entre l’est et l’ouest d’Ottawa s’est presque effacée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 8 Juin - 9:36

Donnez-leur quelque chose à quoi être fier au lieu de leur chanter des bêtises de leur parlé. Et c'est les parents aussi, pas les jeunes. On met tout sur leurs dos, ces jeunes qui ne cherchent à comprendre un monde qui devient de plus en plus complexe.

Honnêtement, une question nationale ou linguistique ne peut fleurir que si tous s'y mettent. Ce n'est certainement pas la faute des écoles. C'est la faute de la collectivité qui ne pense qu'à l'individuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
mivanc
Placote avancée


Masculin Nombre de messages : 656
Age : 35
Localisation : Ottawa, de souche nordique
Intérêts généraux : Jeux d'ordinateurs ... dats it ...
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 8 Juin - 11:01

SM a écrit:
C'est la faute de la collectivité qui ne pense qu'à l'individuel.

Bien dit. Moi je me souviens bien du secondaire à kap puis le français était la langue prédominante. je ne sais pas c'est quoi la situation aujourd'hui. je me souviens du tournoi Franco de soccer en 2000 à New Liskeard. les autres joueurs de la majorité des équipes parlait anglais. je me souviens bien d'une équipe que nous avions jouer contre, Samuel-Genest(ottawa, près de a cité collégiale), avec quoi on faisait conversation en français(même si ils nous ont défait 9-0!) À la Cité collégiale, j'ai trouve que le français se parlait beaucoup aussi. Certes, l'anglais est présent. Il est difficile de s'en sauver, il est partout. Télévision, jeux, radio, centre commerciaux, posters dans la rue, le travail, etc.

Je travail dans un environment bilingue au gouvernement mais le parlé est souvent en anglais, les logiciels et base de données sont en anglais, la plupart de la documentation est en anglais. Certains employés sont anglophophiles et donc les francophones et francophiles se retrouvent à parler anglais. même des francophones se parlent en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acajack
Nouvelle petite gueule


Nombre de messages : 10
Localisation : Gatineau, 2e plus grosse ville franco-ontarienne
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 8 Juin - 12:55

SM soulève un bon point sur le plan du positivisme. Je ne sais pas si ce sera suffisant, mais c’est clair que c’est de ce côté-là qu’il faudrait orienter les efforts.

Aussi, c’est bon de souligner l’importance des parents. Sauf que, quand on considère que près de la moitié des Franco-Ontariens « contractent des mariages exogames » (ils se marient à des anglophones, en langage simple), pour beaucoup de jeunes, l’école est le seul endroit où ils sont exposés au français.

D’ailleurs, l’un des buts du calendrier équilibré expérimenté par un conseil franco d’Ottawa est de maintenir l’exposition au français à l’année longue. Car ils se rendent compte qu’un fort pourcentage d’élèves revient à l’école en septembre après les vacances ayant oublié la majeure partie de leur français.

Mivanc : N’oubliez pas que si ça parle beaucoup français à la Cité collégiale, c’est que contrairement aux écoles primaires et secondaires, il y a beaucoup de monde là qui vient du Québec, du nord du Nouveau-Brunswick (où les jeunes sont souvent assez faibles en anglais), ou même de pays de la francophonie internationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mivanc
Placote avancée


Masculin Nombre de messages : 656
Age : 35
Localisation : Ottawa, de souche nordique
Intérêts généraux : Jeux d'ordinateurs ... dats it ...
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 8 Juin - 13:27

Acajack a écrit:
Mivanc : N’oubliez pas que si ça parle beaucoup français à la Cité collégiale, c’est que contrairement aux écoles primaires et secondaires, il y a beaucoup de monde là qui vient du Québec, du nord du Nouveau-Brunswick (où les jeunes sont souvent assez faibles en anglais), ou même de pays de la francophonie internationale.

Ouien tu as raison sur ce point. De mon groupe de gradués de mon programe, la moitiée étaient québecois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 8 Juin - 14:41

Je n'avais pas pensé à cela, au sujet du calendrier équilibré.

Excellente idée.

Ça sauve de l'argent aux centres de la petite enfance Wink. Merci d'avoir soulevé ce point!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
kiwi_29
Bouche moyenne


Féminin Nombre de messages : 92
Localisation : Loin d'ici
Intérêts généraux : Greenpeaçer
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Mer 20 Juin - 17:49

J'ai déjà entendu de la Bretagne, une région de la France. Le breton, la langue parlée régionalement, est petit à petit en train de disparaître. On parlait par exemple d'une école où on interdisait aux jeunes de se parler français dans les corridors et les classes pour qu'on puisse promouvoir l'usage du breton. Ça m'a tellement pris par surprise : imaginez ! Votre prof vous dit de ne pas parler français. C'est juste un choc culturel pour une francophone d'Ontario qui s'est fait dire toute sa vie de parler français... juste drôle à imaginer pour moi.
Aussi, le fait que le français soit si peu parlé à l'école dans de nombreuses villes se rapporte beaucoup à l'utilisation qu'on en fait. Le français est vu comme étant une langue d'usage en milieu dit "sérieux", plus professionel : l'école, les devoirs, etc. Alors que l'anglais est présent lorsqu'on s'amuse, se divertit : la télévision, le cinéma, la musique, dans les rues. Bien normal que le français ne semble pas très attirant si on ne peut le pratiquer qu'en milieu où le jeune se sent pas forcé. Culturellement il y a tant à découvrir... je trouve qu'on devrait mettre plus d'emphase sur la culture pour qu'ensuite on soit poussé à aller découvrir, par soi-même. Il manque un engouement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SM
Grande gueule!


Masculin Nombre de messages : 1620
Age : 30
Localisation : Torreau-To
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Mer 20 Juin - 18:39

C'est pas juste l'amour de la culture qu'on doit promouvoir. C'est l'utilité, enfin. Il y en a, pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/drageonmusique
Acajack
Nouvelle petite gueule


Nombre de messages : 10
Localisation : Gatineau, 2e plus grosse ville franco-ontarienne
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Jeu 28 Juin - 10:20

SM :

Je pense que la francophonie ontarienne a déjà pas mal fait le plein de tout le lait qu’elle pouvait extraire de la vache du côté hyper-pratique de connaître le français. Les écoles françaises débordent de jeunes (de toutes origines, dont beaucoup d’origine canadienne-française) qui sont là strictement parce que le français sera un jour un excellent atout sur le marché du travail.

Déjà, une bonne partie de la jeunesse franco-ontarienne ne s’identifie pas vraiment à la communauté, mais se dit plutôt « bilingue ». Je pense que c’est un conseil scolaire dans la région du Nord-Est qui avait mené une enquête et quelque chose comme 70 % des jeunes du secondaire disaient s’identifier d’abord et avant tout comme « bilingues ». L’autre 30 % était réparti assez également entre « Canadien », « Franco-Ontarien » et « Canadien-français ». Il y avait même, si je me souviens bien, un tout petit pourcentage qui s’identifiait comme « Québécois ». Pour moi ils venaient tout juste d’arriver de Rouyn ou de Val-d’Or…

Alors pourquoi les jeunes sont-ils si réticents à s’identifier comme « Franco-Ontariens »? Serait-ce parce qu’ils ont peur de se faire identifier comme des fanatiques, des « ayatollahs de la langue française » ou, pire encore, des méchants séparatisses?

Ou encore c’est peut-être une porte de sortie assez facile pour eux. En se disant bilingues, ils ne renient pas complètement leurs racines francophones, mais ils ne sont pas obligés de connaître Robert Paquette, ou Swing ou Damien Robitaille non plus. Ils peuvent revendiquer une certaine identité francophone, sans y participer vraiment. Si jamais quelqu’un leur reproche d’être anglicisé, ils peuvent facilement s’y réfugier : « hé man, j’suis bilingue ». La barre culturelle du « bilingue » n’étant pas très haute, c’est l’identité « user-friendly » par excellence!

Tout cela étant dit, il est évident qu’il y a beaucoup de travail à faire pour convaincre les jeunes que le français et la culture qui l’accompagne, ça peut être le fun. Et aussi, que ça peut être autant que l'anglais une passerelle vers l’ouverture sur le monde. Les jeunes se perçoivent beaucoup comme des citoyens de la planète, et pour les jeunes Franco-Ontariens, le français ça fait « ancien temps ». Faut les convaincre que cette ouverture et cet épanouissement peuvent aussi se faire dans leur langue, vers la France, la Suisse, la Belgique, l’Afrique francophones, les Antilles, le monde arabe, et le Québec et l’Acadie aussi.

L’Ontario français en général rejette beaucoup trop ce qui vient du Québec, à mon avis. Pourtant, si on n’offre aux jeunes que la production culturelle franco-ontarienne, c’est sûr qu’ils vont rester sur leur appétit et chercher ailleurs… en anglais. D’après les experts en économie culturelle, ça prend une population de 4 ou 5 millions de personnes pour soutenir une culture « nationale » complète avec tout ce que ça implique : réseaux de télévision généralistes et spécialisés, réseaux radiophoniques couvrant tous les genres, industrie cinématographique distincte, littérature originale, théâtre, magazines à potins quétaines, etc.

Ce n’est pas que les Franco-Ontariens sont moins bons que les autres, juste moins nombreux… Ça fait longtemps que je me tue à dire aux Franco-Ontariens que leur communauté n’est pas assez grosse pour soutenir tout ça, et qui si on persiste à rejeter tout ce qui vient de la seule communauté francophone sur ce continent qui est assez grosse pour avoir tous ces éléments en place, ben les jeunes franco-ontariens vont juste se rabattre sur des trucs anglo-américains, ce qui est à mon humble avis bien pire pour l’avenir de la francophonie ontarienne que s’ils étaient tous branchés sur Occupation Double ou Dans une galaxie près de chez vous.

Je sais déjà que plusieurs vont dire que les médias francophones dans ce pays (sauf TFO bien sûr) sont très québécocentristes. Ce n’est pas faux et c’est une critique très valable.

Mais j’aimerais bien savoir c’est quand la dernière fois qu’on a parlé de Hearst ou de Casselman à Grey’s Anatomy, à CSI ou à Survivor?

Alors que, une des concurrentes de la dernière édition d’Occupation Double à TVA était originaire de Hearst, et que La Petite Séduction de Radio-Canada, avec Dany Turcotte, va diffuser cet été au moins deux épisodes tournés dans des villages franco-ontariens.

On se plaint souvent que les médias francophones ne parlent pas assez de nous, mais combien de gens sont vraiment à l’écoute quand ça arrive? Même quand on a des trucs dont le mandat est strictement franco-ontarien? Combien de gens s’informent grâce au bulletin de nouvelles franco-ontarien Panorama, sur TFO? Combien ont regardé le téléroman franco-ontarien FranCoeur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aja
Gueule bavarde


Féminin Nombre de messages : 240
Age : 28
Localisation : Ottawa! aurevoir air polluée de sarnia
Intérêts généraux : jouer/écouter de la musique, la radio, décroter mon nez, oublier des choses, faire de la soupe,
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Ven 29 Juin - 9:10

Malgré que tu offre de bons points, je ne suis pas d'accord avec ton opinion sur l'étiquette "bilingue" que quelqu'un peut se donner.

Moi je suis bilingue, tout comme je suis franco-ontarienne. Juste parce que je suis fière de parler plus qu'un langue, ne veut pas dire que je ne connais pas Robert Paquette, Swing ou Damien Robitaille.

Trop souvent on assume qu'une identité nie une autre. Mais l'image que j'ai de moi-même c'est une personne avec plusieurs identités complémentaires.

De plus, "Franco-Ontarien" est souvent trop associé avec "souche", et c'est pourquoi plusieurs personnes ne sentent pas comme c'est une identité qui leurs inclus. La réalité francophone de l'ontario en est une qui inclu plusieurs immigrants et migrants (d'autres provinces). Si la culture franco-ontarienne devient trop exclusif, on n'encourage pas les francophones de l'Ontario (qui sont pour moi, tous des franco-ontariens) d'être entrepellés d'aller à sa découverte.

Si on veut que le monde puissent vouloir s'afficher comme franco-ontariens, il faudra tout d'abord que ce terme puisse tous nous (les franco-ontariens) englober.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos Écoles...   Aujourd'hui à 20:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos Écoles...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les écoles d'art se ...réunifient.
» Le Groupe des Écoles d'Armes
» Les écoles "différentes"
» Nos écoles primaires du bled
» Animation dans écoles primaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TAGUEULE! :: Les sujets de discussion :: Culture, sports et loisirs-
Sauter vers: