AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Politique linguistique de promotion du français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gaulois
Gueule bavarde


Nombre de messages : 472
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Politique linguistique de promotion du français   Sam 3 Mar - 10:25

Une politique linguistique de promotion du français en situation minoritaire: dix pistes de réflexion

Un mémoire de l'organisme de protection du français «Impératif-Français» recommandait récemment une réflexion collective portant sur une politique linguistique de promotion du français. Ce mémoire était déposé devant un Comité parlementaire des Langues Officielles s'interrogeant sur la «vitalité des communautés» après 40 ans de «Bilinguisme Officiel». L'Organisation Non Gouvernementale (ONG) s'inquiétait de l'accélération de l'assimilation des francophones vivant en situation minoritaire ainsi que d'une anglicisation récente du Québec pour justifier le besoin d'une sérieuse mise à jour de la politique linguistique du Canada.

Aucun organisme de la francophonie en situation minoritaire n'a formellement appuyé à ce jour la recommandation principale de l'ONG. La réflexion collective tarde donc à démarrer. Dix pistes de réflexion sont cependant identifiées par la présente en appui à l’ONG. L’emphase est mise sur la lutte contre l’assimilation et sur le réengagement de locuteurs francophones vivant en situation minoritaire.

1) Reconnaissance d'un contexte minoritaire pleinement métissé
...
2) Reconnaissance de la faillite de la Charte des Droits pour la minorité linguistique francophone
...
3) Reconnaissance d’une offre de services autre que celle de “production/consommation»
...
4) Reconnaissance du besoin d’un engagement quotidien actif au français
...
5) Reconnaissance du besoin de réintégration de la communauté linguistique d’appartenance qui a été divisée
...
6) Reconnaissance d’aspects périphériques vitaux sur lequel doit reposer une politique linguistique
...
7) Reconnaissance des composantes d’utilisation d’une langue: lecture, écriture, écoute, parlé, et rencontre de groupe
...
8 ) Reconnaissance de nouvelles formes de regroupements de communautés d’intérêt
...
9) Reconnaissance des apports de la francophonie en situation minoritaire
...
10) Responsabilisation du rôle du locuteur francophone, de sa communauté linguistique d’appartenance ainsi que de l’État

Epiloque
Les exigences de nos sociétés modernes ne diminuent aucunement et les demandes sur notre environnement, sur l’individu, sur les communautés et sur l’État s’accroissent. Un régime d’activités de jogging, de yoga et spiritualité est de plus en plus reconnu comme nécessaire pour se maintenir et même se développer dans un environnement difficile. Des activités de nature environnementale sont aussi maintenant reconnues comme vitales.

C’est Jean Chrétien qui reconnaissait en 1999 que “l’assimilation est un fait de la vie” désengageant ainsi l’État de ses responsabilités envers sa minorité linguistique officielle pourtant reconnues près de 30 ans plus tôt. Les relents de cette réflexion innocente d’un chef d’État persistent dans le subconscient collectif des francophones vivant en situation minoritaire au même titre que la fermeture légiférée d’école menée par des parents francophones au début du siècle dernier et autres mesures de génocide. L’exode ou retour au foyer linguistique majoritaire ne devrait pas être nécessaire si les majorités linguistiques appréciaient mieux les apports de leurs propres minorités linguistiques dans un écosystème des peuples se respectant mutuellement plutôt que de se décimer.

Le déclin de notre environnement linguistique en situation minoritaire n’est pas nécessairement un fait de la vie si on s’y affaire en s’assurant qu’une politique linguistique de promotion du français est en place, est à jour et qu’on s’y engage comme individu, comme communauté et comme citoyen d’un État qui est là pour nous appuyer et non nous opprimer. Le défi de déconditionnement collectif est immense après tant d’années. Greenpeace nous rappelait récemment avec grand éclat: “It’s not too late”, i.e. il n’est pas trop tard! Et le maître spirituel Gandhi de nous inspirer que le cheminement importe plus que la destination. Préféreriez-vous cheminer ou arriver???

Le texte complet pour chaque piste est publié sur le Canard et sur le forum de la FCFA
Commentaires SVP??? allo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecanardreincarne.freesoul.ca
 
Politique linguistique de promotion du français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panneaux en langue régionale
» Jean-François Le Grand fait sa rentrée.
» Comprendre ou apprendre la Politique
» Fils de politique méritocratie
» La politique en musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TAGUEULE! :: Les sujets de discussion :: Littérature-
Sauter vers: